Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 19:20

  

Ceci n'est qu'un écrit au fil du temps et n'est en rien mon état d'âme

  

rose-robe-de-tristesse.jpg

  

 

Les roses sont des étoiles aux couleurs du temps

Dans un jardin inachevé parfois sans soleil

 Telle l’ombre pourpre diluée dans le sang

De la tristesse des jours voilés du sombre ciel

 

 

Les roses sont des voiles qui prennent le vent

Sur une mer où les vagues sont parfois si démontées

Que même les marins les plus affirmés

Ne voudraient pour rien au monde les affronter

 

 

Les roses sont des chants aux robes de tristesse

Qui carillonnent dans le matin, tel le tocsin

Quand les heures ne sont plus allégresse

La lourde cloche en airain cogne le vil destin.

    

Cristal,

 

 

mylène

  

 

 

 

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
6 mars 2010 6 06 /03 /mars /2010 20:58

corbeau.jpg
Ma plume semble de givre

Perdue, elle n’est plus ivre

Comme l’hiver qui dure

Mes mots eux ne perdurent


Souffle me vient comme la bise

Mais s’essouffle telle la brise

Mon cœur et mes pensées s’emballent

Je ne trouve plus mes rimes et j’ai mal


Ce corbeau m’a encore frappée

M’a percutée de plein fouet

Est-ce son dernier coup d’épée

Pour réussir à me déstabiliser


Je me sens égarée et j’ai perdu la foi

En cette vie où pourtant mes rires sont lois

Alors je me réfugie dans ma bulle

Pour que mon cœur de nouveau exhulte


Le torrent de mes larmes n’y fait rien

Je connais encore ces nuits sans fin

Comme cette vague de froid qui revient

Dans un monde où le mal règne bien


Cristal,

 indiff.jpg

 

 

 

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 06:00

NB : Il s'agit simplement d'un écrit qui n'est en rien mon état d'âme actuel

ROSE



Sur un piano désaccordé, elle a laissé une rose de l’évanescence
Aux essences de son cœur se confond l’incertitude du lendemain
Encre de douceur ou plume sanglante divaguait sa prose sur parchemin
Mais dans cette maison vide, elle n’y a rencontré que l’absence

Au fond d’une poche, couchés sur morceau de papier ses rêves intenses
Comme un appel muet, quelques mots pour lui de tendresse griffonnés
Mais la lune blafarde ne lui renvoie que son visage chiffonné
Un cri, couleur de peine, dans la nuit ne brise que l’amer silence

Dans sa boîte aux lettres elle a déposé en subtiles fragrances
Un sourire qui au fil des jours s’étiole et ne tardera pas à se figer
Ne résonne plus que le rire endiablé de ses pensées affligées
Elle s’est consumée dans un brasier, ne restent que des cendres en substance

Inachevée comme une toile, elle n’attend plus de réponse et se rend à l’évidence
Surprise par cette violente vérité, sous l’emprise impétueuse d’un beau discours
Magnétisée par les mots mensonge, la trahison se devine sur la rive au long cours
Inflexible jugement, le monde des étoiles n’existe pas, il n’est fait que d’indifférence

Cristal,


belle3.jpg

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 20:50

Chers lectrices et lecteurs, ce n'est pas l'instant présent
il s'agit simplement d'un ancien écrit


terrible-choix.jpg
Il est des matins qui chantent
hier était un de ceux-là
mais aujourd'hui qu'en est-il ?

Se demandant ce qu'elle avait bien pu faire
elle avait oublié le goût amer
De ces longues nuits sans sommeil
pour ne plus voir que le bleu de son ciel

Aussi s'était-elle juré, il y a quelques années
de ne plus jamais être cet oiseau blessé
ou tel un animal traqué aux aguets
mais surtout, au manque de vérité, se heurter

Elle ne voulait plus se confier
un autre, sans le vouloir, l'avait tant brisée
Qu'à force de se donner et cela sans compter
elle s'était vêtue d'une carapace pour mieux se protéger

Mais ses mots de tendresse l'ont bercée
Sa voix chaude l'a subjuguée
Ses baisers langoureux l'ont transportée
et rien de cela il n'a cherché

Elle se fout de ce matin,
et de ceux qui peuvent la dévisager
Comme dans un rêve sans fin
juste à ses yeux elle voulait briller 


Bien avant l'aube elle s'est levée, le visage un peu fané
alors de poudres elle a usées
Pour, aux autres, ne rien laisser deviner
juste ceux qui l'aiment pourront cette tristesse déceler

Elle n'aime pas en cette matinée
sur son visage cette pluie un peu salée
Elle voudrait combattre, refuser ses pleurs
mais sans force elle les laisse adoucir ses peurs

Elle se dit qu'elle a horreur de ce monde
dans lequel elle est née
NON, cette terre n'est pas ronde
dans ses profondeurs elle voudrait se glisser

Son passé, elle lui avait livré sans pensées envenimées 
lui avouant simplement que déjà on l'avait abîmée
que face à l'étourdissant silence
elle s'était ployée et connu le chemin de l'errance

Pourtant en ce moment-ci
un peu de franchise lui aurait suffit
Parce qu'elle demeure aujourd'hui,
celle qui n'a rien compris


Pourquoi ne pas aller au bout des choses
Tu m'abandonnes au  supplice de faire éclore la rose
Est-ce un moyen d'assouvir certains désirs
au risque de m'emporter dans tes délires

Je ne sais plus,  je me consume à petit feu
Pour toi, notre relation n'était-elle qu'un jeu ?
Désirs, sourires, rires, partage d'idées et de baisers
en user mais jamais l'autre en abuser, c'était cela ma sincérité

Aujourd'hui marcher, errer, pleurer
Je voudrais rêver, chanter, danser
vivre, courir, rire et sourire
mais c'est pour un autre demain tu sais

Il me faut pour le moment me reposer
juste le temps de t'oublier
et après m'être ressourcée
Je me dirais que les choses n'ont fait que m'effleurer

Contempler l'espoir et de nouveau se hisser
Je ne savais pas qu'en moi il y avait une telle fragilité
Mais de chaque chose je m'en sors grandie
Encore plus fière de moi et de ma vie
Car moi, jamais je ne fuis
Cristal,

reveuse-triste.jpg


Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 14:04

instants.gif


Ce sont les minutes des rêves qui emportent le cœur
Sur la rivière éternelle, éperdue des pensées
Du flot des lames fracassées de bonheur
Nul ne peut la rejoindre dans cette forêt insensée

L’unisson avec l’infini, entre pénombre et clairvoyance
Quelques rêves survivants mais qui déjà se meurent
L’ombre des minutes se parent de mouvances
Là où l’âme s’enflamme dans le gouffre des heures

La dernière rose de la solitude encore l’étreint
La voie lactée des songes se fait cauchemar
le ciel voilé d’un faisceau de lune sans teint
Diadème argenté se dénude, jardin des contes épars

Et la fée se drape du faisceau de la peur
Murmure incompris qui n’envahit que le silence
Essence des éternelles nuits sans lueur
Elle se résigne, punie, le cœur en abstinence...


Cristal,

instants2.jpg


Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 13:00

Blog toujours en pause...



Petite fille,  femme-enfant, coeur pur, si fort, mais si frêle
je te sais lasse des ombres d
un parcours accidentel
 
Tes éternelles croisades cheminent, t'esseulent, sans force
tu te maintiens et tu épuises ta vie sous cette écorce
 
Perdue, abandonnée, dans une marée d
incohérence
noyée dans tes rêves en instance, tu défies ton existence
 
Petit souffle, petit bout de vie de nouveau tu vibreras
Dans l
éveil dune seconde renaissance tu te découvriras
 
Et pourtant, en cet instant, dans tes yeux limpides et clairs
ancrée la trace immortelle de tes sentiments sincères
 

C
est si loin… et te semble encore HIER
 
En cette froide nuit, dans ton miroir tu te contemples
et ta vie disgracieuse
dérive dans ce sombre temple
 
Chaque pierre de ta vie patiemment construite te happe et tu te tais
dans l
édifice de ton désespoir, tu tinterroges, au fond de ton trépas, tu sais

En quartz de feu tempête ou tendresse sur papier vélin

une indicible tristesse perl
e du cours de tes heures écrites sur parchemin
 
Arrivée à l
automne de ta vie, tes songes dérivent romanesques
et de ta souffrance maintenant endormie, ne restent que des fresques
 
Pourtant ce soir, mélangée aux cristaux de ta plume en encre bleue
Une larme roule et ride le chemin
. Quelques secondes encore il pleut...
 

Cristal,




Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 11:36



Arpège de la brume de l'automne
mes rimes sur dièse de papier
pas de croches noires persiflées
partition de mots éprouvés qui détonnent

Perdue dans un brouillard d’encens
des mots que je ne publie pas
mais que je relis, la tristesse est bien là
comme la dernière rose qui s’éteint en ce moment

Eperdue dans un brouillard de peur
mes pensées effilochées sur soie de tristesse
et les larmes se fondent, se figent sans cesse
je veux chasser le gris et sourire au fil des heures

Comme une feuille qui virevolte en automne de déraison
éclats mordorés, reflets chatoyants je cherche mon étoile
aux parfums d’une dame Nature qui s’exhale
dans ma forêt je ne rêve plus et j’erre sans passion

Et… pour mieux me retrouver

Je m’échappe vaporeuse en robe de brume ouatée
pour que l’amour aux mille couleurs de flamme
lève l’étrange complainte triste de mon âme
et que de cette pause, je m’éveille sereine du chant de l’été

Cristal,

 

 

 

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 05:30



S’essouffler à force d’être à genoux
Se noyer dans tout ce qui fut nous
Comme en quête d'un éternel pardon
Occulter tous ces vieux démons


En proie à cette folie
ne demander qu’une seconde de sa vie
mais les heures déchirent, défient
prennent la mesure de l’indécente nostalgie



Utopie que de vouloir y croire encore
même si l'on a tort
Cette envie d'amour en absence
qui se brise dans ton silence



Qu'en faire de cette âme pure
Désarmée face à un mur
Comme punie, en abstinence
Juste mes mots figés dans l’impuissance

Cristal,



N.B. : (écrit en juillet 2005)

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
13 août 2009 4 13 /08 /août /2009 22:37



Depuis quelques temps gaie et sereine
elle voyait son horizon sans peine
les nuages, elle les avait laissés sans haine
et se sentait comme une reine


Mais comment est-elle arrivée ?
à sa porte aujourd'hui elle a frappée
violant sa fragilité
la secouant en toute impunité


Insidieusement, en elle, elle s'est instillée
tout au long de cette journée
au point de son ciel voiler
annihilant tout ce à quoi elle aspirait


MAL, elle avait mal et ne savait pourquoi
redevenant un être aux abois
dans cette maison où d'ordinaire elle se sentait bien
elle s'enfonçait dans une léthargie sans fin


En ces instants tout en elle bouillonnait
comme ses vagues, sur les rochers, qui se fracassaient
envie par elles, de s'abandonner
happée, pour mieux se laisser submerger


Son coeur, comme s'il allait exploser
son sang, dans ses tempes la pulvérisait
les mots n'avaient plus de sens
elle se demandait l'opportunité de son existence


Mais seule, en elle une psalmodie montait

les mains jointes elle priait, sur l’autel elle chantait
par sa culture, elle implorait son dieu
en qui elle croyait, entendez-vous son rêve dans l’adieu ?


"Aujourd'hui, je t'en prie tristesse laisse-moi"
"aujourd'hui déprime, lâche-moi
"garde tes bras pour quelqu'un d'autre"
"ailleurs déchaîne-toi, je ne suis plus ton apôtre"



Sinon, plus rien n'a de sens
ce n'est pas mon existence
mes combats ne sont pas vains
je veux simplement être bien, enfin...

Cristal,

 

Repost 0
Published by Cristal - dans spleen
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 06:00

CRI

  
 
 

Se taper la tête contre les murs
  à vos yeux endosser la robe d'un être sûr
  Quand dans l'ombre de mon corps meurtri
  Je portais la complainte de vos soucis
  Et vous, avez-vous entendu mon cri ?

  Du souffle de la démesure
  s'escrimer, déployer tous ses atouts
  de cette déchirure n'en avoir cure
  Militante de toujours, combattre avec vous
  nauséeux parfum se dévoilant au fur et à mesure

  Au fur et à mesure de cette destinée
  délestant le poids de vos révoltes
  mon coeur avec vous en cohorte
  de désespoir je suis née

  Ce manteau de liberté
  que je revêts, pour mieux vous protéger
  dans la peur de mes cauchemars inavoués
  Que savez-vous de mon âme exilée ?


Vous insuffler, candide devant vous me prosterner
  tel ce bel oiseau dans une cage dorée
  dont le seul rêve était de s’envoler
  reste de moi, une colombe aux ailes disloquées

  En cette nuit, couleur de chimères brisées
  seule, face à cette incertitude d'exister
  Ma seule liberté est celle de penser
pour mieux m'achever

Cristal,



(reparution) 

Repost 0
Published by cristal - dans spleen
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de cristal
  • Le blog de cristal
  • : Croire en soi est une force, la vie nous impose bien des choses c'est un chemin semé d'embûches mais qui fait la richesse de chacun de nous.
  • Contact

Profil

  • Cristal
  • Telle la pureté des perles de cristal
De l’écriture doit émaner un partage vital
Eclats scintillants d’une plume 
Aux reflets de chimères
Ou encre teintée aux reflets d’une certaine réalité
  • Telle la pureté des perles de cristal De l’écriture doit émaner un partage vital Eclats scintillants d’une plume Aux reflets de chimères Ou encre teintée aux reflets d’une certaine réalité

Le temps... porteur d'espoir

 

blog1.gif

Le chant de tes mots me ramènera toujours sur l'île de la poésie pour ton Absence Djilà,  mon doux reflet ma pensée vers toi... par-dessus les océans

blog2.jpg 


    Une étoile brille pour chacun de nous
Le temps, porteur d’espoir,
apaise les blessures
Parce que rien ne dure…
 
  blog3.jpg
























Tes rêves ne sont pas inaccessibles
Y croire et tout est possible

blog4.jpg

Une rose rouge, celle du coeur
Le murmure du temps souffle bonheur

blog7.gif

A un tendre poète
dont l'écriture me manque
Je ne t'oublie pas

blog8.jpg

Musique...

J'aime bien... en ce moment

 

Mes préférés...


Il y a des yeux qui reçoivent la lumière 

Et il y a des yeux qui la donnent

Paul Claudel





Il n'est oiseau qui sût voler si haut
comme un coeur peut aller
M. de Saint-Gelais



 

L’homme veut être le premier amour de la femme,

La femme veut être le dernier amour de l’homme

Oscar Wilde

.



Si l'amour embellit les femmes,
les femmes, elles, embellissent l'amour


Mes Différentes Inspirations

Sur la route des sentiments

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit